Que deviennent les cabines téléphoniques?

«  Lorsqu’une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de même » disait Paulo Coelho. Cette réflexion s’applique nettement aux publiphones usuellement appelés cabines téléphoniques dont l’usage est en chute libre depuis l’avènement du cellulaire. Comparés à ce dernier les publiphones présentent des avantages bien en deçà des besoins sans cesse croissants des populations aujourd’hui. De plus, la popularisation du téléphone cellulaire n’a fait que mettre définitivement sous l’éteignoir les publiphones.

cabine-téléphonique-avenir-afrique-jpg

Une cabine téléphonique hors service dans les rues d’Abidjan

Délaissés pour les cabines téléphoniques cellulaires

Bien présents à certains carrefours, ces équipements sont reconnaissables par leur architecture apparentée à celle des cases. Un boitier et un combiné sont fixés sur sa facade. Les édicules visiblement en assez bons états, se réduisent désormais en symbole d’une autre époque. Objet de divers actes de vandalismes, ces publiphones sont aussi devenus des « porte-affiches », ou supports dédiés à l’affichage informel,  et autres tags. Du moins l’édicule, n’est plus qu’un  « abri-averse »  ou un « repère-RDV », puisque les téléphones eux-mêmes ont soit, été dérobés ou pillés.

Normal, non ? Leur entretien ne semble pas être une préoccupation pour l’opérateur historique qui semble s’être résigné face au succès des dernières nées- les cabines téléphoniques cellulaires.

Ces dernières, se démarquent nettement de l’ancêtre publiphone. Ici, il s’agit d’un téléphone portable et d’une caisse, installés pour un usage public, avec plusieurs services. Elle est gérée par un individu, qui par prudence ne quitte pas des yeux son outil de travail. Les clients sont donc contraints face à cette situation de renoncer à s’isoler pour communiquer. Pour éviter des désagréments, ce qui n’est pas sans conséquences, dans la mesure où les brides de phrases issues de certaines conversations téléphoniques font parfois place aux « affairages* » et autres rumeurs malveillantes. L’intimité fait donc défaut contrairement aux publiphones.

En plus les gérants de ces cabines cellulaires sont prisonniers d’une triple culture : celle de l’insécurité,  de la peur et de la non-affluence aux heures tardives. Les portes du service restent donc généralement closes à partir de 22h. Ce qui n’est pas le cas des publiphones qui offraient un service permanent (24h/24 et 7Jours/7).

Surannée certes, mais encore utile 

La cabine à pièces, n’est donc plus pratique, pourrait-on croire à première vue. Cependant une chose est sûre, les désagréments dus aux nombreuses défaillances de réseau du mobile subsistent malgré les « prétendus » améliorations exhibées par les compagnies de téléphonies mobile à coup de grandes publicité. En effet, à certains endroits de la métropole, la couverture réseau est défectueuse ou pire inexistante. Communiquer avec un mobile s’avère donc difficile voire impossible. Les cabines téléphoniques pourraient donc combler ce besoin de communiquer, si cher à l’homme. De plus, Ces infrastructures sont nécessaires en cas d’urgence. Notamment devant certains centres de santé ou carrefours. Dans ce cas, des tarifs préférentiels doivent être offerts aux utilisateurs.

Leur délocalisation sur les voies nationales, privées de couverture réseau pour téléphone mobile,  reste en outre une option non négligeable. Ils pourraient ainsi servir aussi bien aux voyageurs, qu’aux populations rurales des localités environnantes. Surtout en cas de situations contraignantes. Il est certes vrai que côté rentabilité le vieil opérateur, ne devra pas beaucoup y compter, mais ces outils de communication ont droit à un meilleur traitement, plus, à une seconde vie. Surtout pour assurer un « service universel ».

 *Affairages: commérages – indiscretions

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s