La pluie tomba et se mit à inonder

Ça alors ! L’eau de pluie a séquestré les routes, et s’est invitée dans les habitations. C’est surprenant ce que la nature est capable de faire, surtout quand elle se déchaîne. Elle semble essayer de se faire entendre… Par tous les moyens. On peut l’entendre gronder, comme le tonnerre. Le cas la saison des pluies est bien parlant.

Quelques années en arrière « Abobo clouetcha » et d’autres secteurs modestes étaient les bénéficiaires testamentaires de la volonté pluvieuse. Les images des populations qui y vivent et l’état des lieux de leurs d’habitations faisaient le tour des médias. Pendant ce temps le reste d’Abidjan se rinçait simplement. Très peu de mesures étaient prises pour améliorer la situation. Lire la suite

Publicités

Abidjan : À Pollueurs têtus, communication agressive

L’insuffisance de toilettes publiques et de poubelles dans nos cités est à l’origine d’un faisceau de problèmes liés à la salubrité urbaine. L’un des revers les plus significatifs est la prolifération de « toilettes-en-plein-air » et de dépôts sauvages d’ordures ménagères. Les murs dépourvus de peinture, les buissons, ainsi que les terrains vagues servent sans pudeur de latrines publiques. Les abords de maquis fréquentés ne sont pas épargnés.  Afin de convier les pollueurs impénitents au respect de la nature et du cadre de vie des populations, des messages muraux d’interpellation leur sont adressés. Ils sont pour la plupart communiqués avec un ton solennel, comparable à un décret émanent du dernier conseil des Ministres. On peut aisément lire « Il est formellement interdit d’uriner ici, amende 5 000 FCFA ». Cependant, ces messages fortement dissuasifs n’ont toujours pas les effets escomptés. Lire la suite

Que deviennent les cabines téléphoniques?

«  Lorsqu’une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de même » disait Paulo Coelho. Cette réflexion s’applique nettement aux publiphones usuellement appelés cabines téléphoniques dont l’usage est en chute libre depuis l’avènement du cellulaire. Comparés à ce dernier les publiphones présentent des avantages bien en deçà des besoins sans cesse croissants des populations aujourd’hui. De plus, la popularisation du téléphone cellulaire n’a fait que mettre définitivement sous l’éteignoir les publiphones.

cabine-téléphonique-avenir-afrique-jpg

Une cabine téléphonique hors service dans les rues d’Abidjan

Délaissés pour les cabines téléphoniques cellulaires

Bien présents à certains carrefours, ces équipements sont Lire la suite

Mon pays, ma ville, sécurité routière: les panneaux de signalisation en détresse

Par ici, « L’argent ne circule plus, il travaille ». Et pendant ce temps les bourses maigrissent. Il est donc  utile de chercher les moyens d’en avoir. Comme le temps c’est de l’argent, se déplacer avec les moyens de transport permet de gagner du temps, donc de ce bien précieux. Pourtant, ces moyens ne sont pas aussi sûrs, vu les chiffres éloquents d’accidents rapportés quotidiennement sur nos routes. C’est à croire qu’il n’existe pas de panneaux de signalisations aux abords des voies.

En réalité, ces panneaux, nécessaires à la sécurité routière, sont devenus presqu’invisible. Ces porteurs de signaux routiers, ont depuis un certain temps et à quelques endroits cessés de l’être. Leur Visibilité est en effet masquée par;

 les végétaux sauvages qui poussent aux abords des trottoirs,

les automobilistes ivoiriens n'ont plus une nette visibilité des panneaux de signalisation.

Panneau de signalisation masqué par une touffe d’herbes sauvages

des poteaux électriques, Lire la suite

Mon pays, ma ville, saison des pluies : piétons yako! !

A Abidjan, quand il pleut, tout le monde s’attrape la tête. Orages ou ondées inquiètent. Les risques d’inondations, d’éboulements, d’accidents, sont bien réels. A côté de ceux-ci, il existe des situations autant contraignantes que sont les éclaboussures d’eau boueuse.

Et c’est sûr que Lire la suite

Mon pays, ma ville, assainissement urbain: des poubelles invisibles envahissent les rues d’Abidjan

Lors des différentes «opérations ville propre», Abidjan a hérité de nouvelles poubelles. Certaines, déjà hautes, sont installées directement sur le sol tandis que d’autres sont dans un « abri-poubelle » pour les maintenir à hauteur des mains. Afin d’éviter que les ordures ne soient jetées à même le sol plutôt que dans les vidoirs placés à cet effet.

Alors que les abri-poubelles cylindriques  solidement fixés au sol, résistent au temps et aux vols, les poubelles, elles, restent invisibles. Victimes de malfrats. Seules quelques affiches encore présentes sur certains de ces dispositifs, avec la mention « la propreté c’est l’affaire de tous», semblent indiquer que leur fonction fut un jour de contribuer à la propreté.

Un abri-poubelle avec une poubelle

Un abri-poubelle avec une poubelle

Bien que les contenants soient absents, Lire la suite