Mon pays, ma ville, transports en commun : les gbakas, ça arrange mais ça dérange aussi !

Il est bien connu que le transport à Abidjan est dévoreur de budget. Les mini cars communément appelés gbakas,  qualifiés de cercueil ambulant par certains utilisateurs, apparaissent comme l’un des moyens de transport en commun les plus prisés du fait de leur coût relativement accessible, ainsi que  leur disponibilité. Cependant, se déplacer en gbaka  s’avère être une aventure périlleuse.

En effet, hormis  les attitudes déconcertantes des apprentis, et la légendaire imprudence des conducteurs au volant, les usagers sont également confrontés à des risques, à savoir les accidents de la route et de désagréments causés par les sièges passagers. Nombreux sont les passagers, qui ont soit été blessés ou ont eu un vêtement déchiré, par ces sièges.

Les sièges de Gbakas

Les sièges de Gbakas

Fabriqués localement par des artisans, (les gbakas sont livrés sans sièges à l’achat) les sièges passagers sont Lire la suite

Publicités